news visuels textes traduction deutsch english interact archiv/es messages guestbook bureau links contact home

 

La Tour Eiffel, King Kong & la femme blanche 

(Facts & Fakes, n°4, Vorwerk 8)

La présentation, le make up de cette publication en format A4 fait penser à un fanzine expressionniste. On y parle entre autres de la Tour Eiffel et du terrible destin auquel elle semble avoir échappé puisqu'un certain Guy Bohn, spécialiste en explosifs, aurait refusé d'exécuter l'ordre insensé (et non écrit) de l'armée française de faire sauter ce totem de Paris (en qualité de centre nerveux de la radiodiffusion nationale) avant l'entrée des troupes allemandes en ville, même si la laideur avérée de cette construction tout en ferraille avait déjà été déplorée par un autre Guy (de Maupassant), qui excusait sa présence quotidienne au restaurant panoramique de la Tour en disant que c'était là le seul endroit d'où on ne la voyait pas. L'un des textes de ce quatrième numéro de Facts & Fakes ("faits et impostures") reprend l'interview de ce dynamiteur hors service, avocat dans la vie civile, qui a été diffusée en 1988 sur RTL (l'une des premières télés commerciales d'Allemagne), et menée par Alexander Kluge, cinéaste et écrivain, l'animateur atypique d'un late night show sur cette chaîne, sans doute pour préserver un alibi culturel, refoulé toujours plus tard dans la nuit.

Mais la publication traite aussi de superhéros, - Spiderman, Iceman, le très couru Captain America ou le moins célèbre Ironman, - une interview de la spécialiste Ulrike Sprenger, également faite par le cinéaste Kluge, qui dans les années 1960/70 a commis quelques-unes des bonnes productions d'un cinéma allemand qu'à l'époque on appelait "Jeune", à l'image de la "Nouvelle" Vague en France. On se souvient de Abschied von Gestern (1965/66), Die Artisten in der Zirkuskuppel: ratlos (1967), ou encore de la contribution de Kluge au film L'Allemagne en automne (Deutschland im Herbst, 1978) aux côtés de Rainer Werner Fassbinder et de Volker Schlöndorff. Aujourd'hui producteur TV (sa société, dctp, a été fondée en 1987), Kluge n'a pas pour autant cessé d'écrire, son parcours littéraire ayant commencé dès 1962 avec une lecture au sein du mythique Groupe 47.

La série Facts & Fakes donne une sorte de compte-rendu, de storyboard, de ce que pourrait être une bonne émission de télé où King Kong côtoie Heidegger, Benjamin et l'Incroyable Hulk. Les illustrations sont intéressantes, jouant entre surréalisme, heroic fantasy, bande dessinée et expressionnisme. Les textes sont souvent percutants, donnent à penser, comme la contribution La Tour Eiffel, King Kong & la femme blanche qui a donné le titre à ce numéro. Le prix de 9 euros est raisonnable : le lecteur y trouve largement de quoi satisfaire son goût de l'inédit. Aux côtés de Kluge, on compte sur Reinald Gußman, l'éditeur berlinois de la série, pour qu'elle ne s'arrête pas de sitôt.

Pour conclure, voici une anecdote relatée dans le présent numéro en majeure partie consacré aux "années noires" en France, selon laquelle l'excellent dramaturge Heiner Müller (†) s'était fait virer du site de Verdun pour avoir lâché le mot de Totenkitsch (quelque chose comme "le kitsch de la mort"), venu aux oreilles susceptibles du maire. Mais peut-être cherchait-il la tombe du Déserteur inconnu…?

 

 pour contacter l'éditeur: http://www.verlag-vorwerk8.de

Alexander Kluge, homepage: http://www.kluge-alexander.de